CENTRE GEORGES CANGUILHEM

Histoire et philosophie des sciences du vivant et de la médecine

mac online casinos for fun https://www.euro-online.org/enog/inoc2007/Papers/mac blackjack for mac os

Journée scientifique “Apports réciproques de la neurologie et de la psychiatrie”(19 oct. 2012)

Vendredi 19 octobre 2012 à partir de 9h15

Université Paris Diderot

Bâtiment les Grands Moulins, hall C

Salle Pierre Albouy (6ème étage)

5 rue Thomas Mann, Paris 13e

Plan d’accès : http://www.univ-paris-diderot.fr/DocumentsFCK/viuniv/File/Plan_gnal_2D.swf

RER/Métro : Bibliothèque François-Mitterrand
Bus : 89, 62, 64, 325


En 2005, Th. Insel, le directeur de National Institute of Mental Health proposait de définir la psychiatrie comme une “clinical neuroscience”. Ce faisant, il s’agissait de gommer la distinction classique entre les troubles cérébraux organiques (objets de la neurologie) et les troubles cérébraux fonctionnels (objets de la psychiatrie). Un tel projet s’appuie sur la révolution épistémologique des trente dernières années où, pour reprendre la célèbre expression d’un historien des sciences américain, la psychiatrie impute la maladie mentale non plus “à la mère” mais “au cerveau”. Il est vrai que les sciences du cerveau (prises au sens large) ont profondément modifié la conception de la psychiatrie (ne serait-ce qu’à travers la psycho-pharmacologie) et ont conduit à un rapprochement entre neurologie et psychiatrie qui partagent des préoccupations communes, tant sur le plan théorique (explications neurocognitives de phénomènes cliniquement identiques : dépression, délire, troubles des fonctions supérieures) que sur le plan pratique (utilisation de même molécules : anti-dépresseurs pour soigner les douleurs neurogènes, anti-épileptiques pour les troubles maniaco-dépressifs ; utilisation des mêmes techniques : stimulation cérébrale profonde pour la maladie de Parkinson et les TOC invalidants, imagerie cérébrale). S’agit-il pour autant d’un retour pur et simple à la conception des rapports entre neurologie et psychiatrie tels qu’ils étaient décrits au 19ème siècle, notamment par Griesinger ? Pour ce dernier, neurologie et psychiatrie ne se différenciaient pas par nature mais uniquement par le lien privilégié qu’entretenait la psychiatrie avec deux institutions particulières: le tribunal et l’asile. L’enjeu de cette journée sera donc d’examiner, à travers l’analyse d’exemples précis, l’intrication des discours et des pratiques en neurologie et en psychiatrie ainsi que leur originalité respective.

9 h 15 : Accueil et introduction Céline Lefève/Romain Schneckenburger

Matinée :

9 h 30 -10 h 10 : Jean-Noël Missa (Univ. Libre de Bruxelles) : Entre thérapie et amélioration : une approche historique des apports réciproques de la psychiatrie et des neurosciences

10 h 10-10 h 50 : Jean-Christophe Coffin (Centre Alexandre Koyré-Univ. Paris Descartes) : Psychiatrie et neurologie à partir d’Henri Ey (1900-1977)

Pause

11 h 10-11 h 50 : Scott Phelps (Département Histoire des Sciences-Harvard) : Déni de la maladie, anosognosie et déconnexion dans la psychiatrie américaine d’après-guerre

Discussion générale

Déjeuner libre

Après-midi :

14 h 15-15 h : Claude-Olivier Doron (SPHERE – Univ. Paris Diderot) : Dégénérescence et dissolution du système nerveux

15 h -15 h 40 : Sarah Troubé (ENS) : De la neurologie à la psychiatrie : peut-on parler d’un délire propre à la psychose ?

Pause

16 h – 16 h 40 : Baptiste Moutaud (CESAMES-Univ. Paris Descartes) : Une “convergence forcée”? Anthropologie d’une collaboration entre neurologie et psychiatrie en psychochirurgie

17 h : Conclusion de la journée


Entrée libre -

Pages

CENTRE GEORGES CANGUILHEM

UNIVERSITE PARIS DIDEROT PARIS 7

INSTITUT DES HUMANITES DE PARIS

Directeur honoraire : Dominique LECOURT

Directrice : Céline LEFEVE

Assistante de direction : Ariane BREHIER

Case courrier 7041

Université Paris-Diderot

5, rue Thomas Mann

75205 - Paris cedex 13

Téléphone : 01 57 27 65 12

Contact : centre_georges_canguilhem@univ-paris-diderot.fr