CENTRE GEORGES CANGUILHEM

Histoire et philosophie des sciences du vivant et de la médecine

http://onlineslots2014.com/ moneybookers casino for usa players http://www.actox.org/members/doc/top-usa-online-casinos.html video slot no download online slot machines for real money online slots promotion casino online Western Union online casino online blackjack real money usa online casinos accepting 900pay us usa casinos casino baccarat usa players

ACTUALITES DU CENTRE

A noter : la parution récente de 3 ouvrages issus des travaux du Séminaire International d’Etudes sur le Soin dans la collection “Questions de soin” aux PUF :

Fabrice Gzil, La maladie du temps. Sur la maladie d’Alzheimer, PUF, février 2014.

Philippe Barrier, Le patient autonome, PUF, février 2014.

Anne Guérin, Claudie Cachard (dir), Manuel poétique et pratique à l’usage des soignants et autres curieux, PUF, octobre 2013.

Pour voir tous les ouvrages de la collection “Questions de soin” : http://centrecanguilhem.net/?page_id=1106

* * *

Colloque pluridisciplinaire
« Vivre la maladie
Expériences et identités contemporaines »
12 et 13 mars 2014

Programme interdisciplinaire Sorbonne Paris Cité

« La personne en médecine »

Colloque pluridisciplinaire

« Vivre la maladie

Expériences et identités contemporaines »

12 et 13 mars 2014

Université Paris Diderot - Amphithéâtre Buffon

15 rue Hélène Brion 75013 Paris

Pilotes du programme : Céline Lefève (Centre G. Canguilhem (Institut des Humanités de Paris)/SPHERE Paris Diderot), François Villa (CRPMS/Paris Diderot)

Organisation du colloque : Corinne Alberti (UFR de médecine, Paris Diderot), Sylvie Fainzang (CERMES 3/Paris Descartes), Stéphanie Smadja (CERILAC/Paris Diderot), Claire Squires (Etudes psychanalytiques/Paris Diderot), Dominique Thouvenin (EHESP)

Le programme interdisciplinaire « La personne en médecine » met en œuvre des échanges et collaborations scientifiques entre médecine et sciences humaines, à Sorbonne Paris Cité et au-delà, afin d’étudier les transformations contemporaines de la subjectivité en médecine. Le colloque « Vivre la maladie. Expériences et identités contemporaines » se propose de présenter des recherches en cours et, en laissant une large place aux discussions, d’ouvrir de nouvelles perspectives de recherche.

Le colloque vise à éclairer, à la lumière de l’histoire, les expériences contemporaines de la maladie, les nouvelles identités et formes de subjectivation des malades dans le contexte actuel marqué par le fait que l’on peut désormais être “malade à vie”. Il s’agit d’examiner l’inscription de la maladie dans la vie, dès avant la naissance mais aussi après le traitement et la guérison. Cette évolution s’explique du fait de la prédiction et de la connaissance de facteurs de risque, du dépistage précoce de certaines maladies, de l’efficacité des traitements et de la chronicisation d’autres maladies, enfin de la médicalisation de certains processus naturels de la vie (grossesse, vieillissement, etc.) Dans ce contexte, apparaissent de nouveaux rapports des patients à la médecine, de nouvelles allures de vie, de nouveaux continuums entre santé et maladie, entre maladie et handicap, et de nouvelles problématiques pour la médecine et le soin.

Il s’agit d’examiner les manières dont les patients et leur entourage produisent des subjectivités nouvelles (psychiques, sociales, éthiques, juridiques, politiques) et dont ils transforment ainsi les normes tant médicales que sociales.

Comment l’identité avec la maladie se construit-elle sans pour autant se résumer à l’identité de malade ? Etre malade à vie ne signifie pas que la vie se réduise à la maladie. Comment se temporalise l’expérience de la maladie ? Le savoir de la maladie et le soin dépassent désormais l’horizon du présent et du traitement aigu, ils s’ouvrent vers l’avenir et demandent aux patients et aux soignants de prendre en compte l’histoire, non strictement médicale, du malade, ainsi que les différents moments de la maladie dans sa vie personnelle et sociale.

Les figures et identités de malades trouvent de nouvelles formes d’expression, de partage et de soutien, non seulement dans les associations de malades mais à travers diverses formes de narration et de médiatisation (récits littéraires, blogs, sites participatifs, journaux). Comment le récit de vie contribue-t-il à de nouvelles relations de soin ?

Enfin, la vie avec la maladie est inscrite dans des dispositifs de soin et des politiques de santé publique visant à la fois à individualiser les soins et à diminuer les coûts. Le rapport individuel/collectif est travaillé par des discours et des pratiques visant à l’autonomisation et à la responsabilisation des patients, dont il faut examiner les implications pour ces derniers.

Plan d’accès du campus Paris Diderot : http://www.univ-paris-diderot.fr/DocumentsFCK/implantations/File/Plan_A3_GE_2012-2013.pdf

Contact : ariane.brehier@univ-paris-diderot.fr

Mercredi 12 mars 2014

9 h 15 : Accueil

Perspective historique

9 h 30 : Maaike van der Lugt (IUF/ UFR GHSS, SPHERE, Paris Diderot) : « Peut-on être ni sain ni malade ? Une question médiévale qui reste d’actualité »

10 h : Discussion, discutante : Sophie Vasset (UFR Etudes anglophones/LARCA, Paris Diderot)

Enjeux épistémologiques, cliniques et économiques de la médecine personnalisée

10 h 20 : Maurice Cassier (CERMES 3) : « Propriété et accessibilité des

marqueurs et des technologies de la médecine personnalisée »

10 h 50 : Pause

11 h : François Ewald (Collège d’Etudes mondiales) : « Médecine prédictive personnalisée et big data »

11 h 30 : Philippe Bizouarn (CHU de Nantes/SPHERE, Paris Diderot) : « Médecine personnalisée : présentation des enjeux épistémologiques et cliniques »

12 h - 12 h 30 : Discussion, discutant : Claude-Olivier Doron (Centre Georges Canguilhem/SPHERE, Paris Diderot)

Déjeuner

La maladie dans la vie

14 h : Corinne Alberti, Enora Le Roux et Hélène Mellerio (UFR de médecine, Paris Diderot) : « La transition entre médecine pédiatrique et médecine adulte pour les adolescents atteints de maladies chroniques »

14 h 30 : Discussion, discutant : Etienne Seigneur (Institut Curie)

14 h 50 : Emmanuelle Fillion (CERMES 3) et Didier Torny (INRA-RiTME) : « Etre à risque, être atteinte, être malade, être patiente : trajectoires clinique des filles «Distilbène »

15 h 20 : Discussion, discutante : Claire Squires (CEPP/UFR Etudes psychanalytiques, Paris Diderot)

15 h 40 : Pause

15 h 50 : Dominique Thouvenin (EHESP) : « Les règles juridiques organisant l’éducation thérapeutique ou comment améliorer la prise en charge des maladies chroniques ? »

16 h 20 : Discussion, discutante : Sylvie Legrain (Paris Diderot)

16 h 40 : Cocktail

Jeudi 13 mars 2014

Identités et récits de malades

9 h 30 : Karl-Léo Schwering (CRPMS/UFR Etudes psychanalytiques, Paris Diderot) : « Symbolisation primaires et reconstruction du corps libidinal dans la maladie grave »

10 h : Discussion, discutant : Jean-Michel Zucker (Institut Curie)

10 h 20 : Carle Bonafous-Murat (PRISMES, Paris 3) : « Soi-même comme (un) cas »

10 h 50 : Discussion, discutante : Régine Waintrater (CEPP/UFR Etudes psychanalytiques, Paris Diderot)

11 h 15 : Pause

11 h 30 : Livia Velpry (CERMES 3/ Paris 8) : « Histoires de vie et rencontre ethnographique: engager l’expérience sociale de la maladie mentale »

12 h : Discussion, discutant : Marie Gaille (SPHERE/Paris Diderot)

Déjeuner

14 h : Bernard Golse, (Hôpital Necker/ Paris Descartes) et Franck Zigante (Hôpital Necker) : « L’expérience narrative lors de l’obésité infanto-juvénile »

14 h 30 : Discussion, discutant : Gérard Danou (CERILAC/Paris Diderot)

14 h 50 : Céline Lefève (Centre Georges Canguilhem/SPHERE, Paris Diderot) et Jean-Christophe Mino (Institut Curie et Centre National de Ressources Soin Palliatif) : « L’expérience de l’après-cancer »

15 h 20 : Discussion, discutant : Marco Araneda (CRPMS/UFR Etudes psychanalytiques, Paris Diderot)

15 h 40 : Pause

16 h – 18 h : Table ronde Identités et récits de malades

avec Céline Lis-Raoux, rédactrice en chef du Magazine Rose

et le Séminaire International d’Etudes sur le Soin (SIES) : Lazare Benaroyo (ETHOS/Université de Lausanne), Claire Marin (CIEPFC/ENS), Nathalie Zaccaï-Reyners (Institut de Sociologie/Université Libre de Bruxelles), Céline Lefève, Jean-Christophe Mino, Frédéric Worms (CIEPFC/ENS)

18 h : Clôture du colloque

* * *

Race et Médecine

Séminaire, Centre Georges Canguilhem (Institut des Humanités de Paris)/SPHERE, Université Paris Diderot, en 5 séances :

Jeudis 13 mars, 20 mars, 10 avril, 15 mai et 22 mai 2014 de 17h à 19h30,

Salle 888C - 8ème étage du Bâtiment C des Grands Moulins – 5, rue Thomas Mann – Paris 13°

http://www.univ-paris-diderot.fr/DocumentsFCK/implantations/File/Plan_A3_GE_2012-2013.pdf

Organisé par Claude-Olivier Doron (MCF, histoire et philosophie des sciences, Université Paris Diderot) et Jean-Paul Lallemand (ATER, Université Paris Diderot/Centre d’Etudes Nord Américaines (EHESS))

Depuis son introduction en histoire naturelle au XVIIIe siècle et la constitution d’un ensemble de savoirs sur les “races” humaines, la notion de “race” s’est trouvée intimement liée à la pensée médicale. Qu’il s’agisse, au XVIIIe siècle, de mobiliser l’analogie avec des « constitutions » plus ou moins maladives ou celle des maladies héréditaires pour penser les « races » humaines, ou qu’il s’agisse d’élaborer des traités spécifiques sur les maladies caractéristiques des différentes variétés humaines. Ces relations étroites ont perduré tout au long des XIXe et XXe siècles, au point de vue conceptuel comme institutionnel : nombreux furent les médecins qui contribuèrent à l’élaboration et à la transformation des savoirs sur les « races » humaines. C’est à l’intersection de la médecine et de la génétique que le concept de « race » trouva l’occasion de se reformuler au début du XXe siècle, à travers l’hémotypologie, l’analyse des polymorphismes du métabolisme et l’étude des réactions différenciées aux médicaments, puis l’analyse des polymorphismes génétiques et la pharmacogénétique. Les récents débats qui portent, en particulier dans le monde anglo-saxon, sur l’opportunité d’utiliser la « race » dans la recherche et la pratique biomédicales sont donc chargés d’une histoire longue et complexe, qui mérite d’être étudiée.

L’objectif de ce séminaire est d’interroger, sur la longue durée, ces liens entre « race » et médecine, à la fois dans leurs aspects conceptuels, institutionnels et pratiques. Il alternera entre des séances consacrées à des questions théoriques et conceptuelles, et des séances portant sur des terrains et des pratiques localisées. Il s’agira de repérer à la fois ce qui fait la singulière continuité de ces rapports entre « race » et « médecine » et de situer où, néanmoins, se sont produites des ruptures radicales, tant au point de vue des concepts que dans la manière dont la notion de « race » a pu être mobilisée par des acteurs divers, dans des stratégies extrêmement disparates.

Programme

1ère séance (13/03) : La race et le regard médical (fin XVIIIe-XIXe s.)

Claude-Olivier Doron (MCF, Univ. Paris Diderot/SPHERE-Centre Canguilhem) :  « Race et médecine : une vieille histoire ? Les modèles médicaux pour penser la formation des races (fin XVIIIe s.-déb. XIXe s.) »

Delphine Peiretti-Courtis (ATER, Univ. Aix-Marseille/ Telemme) : « Regards sur la chevelure et la pilosité des Africain(e)s dans la littérature médicale française (fin XVIIIe siècle-milieu XXe siècle) »

2e séance (20/03) : La race et le sang : maladies du sang et transfusion (XXe s.)

Jean-Paul Lallemand (ATER, Univ. Paris Diderot/ CENA): « Du préjugé au laboratoire : Racialiser la transfusion sanguine aux Etats-Unis (1937-1972) »

Agnès Lainé (Chercheure consultante, CEMAf) : « La parangon hémoglobine »

3e séance (10/04) : Races et populations. Médecine et génétique des populations humaines (XXe s.)

Luc Berlivet (CR, CNRS/CERMES 3): « Per rigenerare la stirpe’: Le jeu de l’hérédité et du milieu dans la science des populations italienne (1890-1980) »

Claude-Olivier Doron : « Le concept de “raceet son évolution dans l’hémotypologie et la géographie médicale française: Valois, Ruffié et Bernard »

4e séance (15/05) : De la race en Amérique

Thomas Grillot (CR, CNRS/CENA-EHESS) : « Contrôle de la consommation d’alcool des Amérindiens et création du système des réserves aux États-Unis: le concept de ‘race’ comme instrument de contrôle spatial pour l’État colonial »

Nicolas Martin (Post-doctorant, CNRS/CENA-EHESS) : « Corps, race et perfectionnisme. Sur la morale corporelle des luttes politiques africaines-américaines contre l’oppression raciale (fin XIXe-fin XXe siècles)»

5e séance (22/05): Race et médicament

Guillaume Lachenal (MCF, Univ. Paris Diderot/SPHERE) : Race et médicament en contexte colonial : l’exemple de la pentamidine”.

***

Séminaire de recherche

“La question des soins de support”

Dans le cadre du Séminaire international d’étude sur le soin (SIES) et du partenariat entre le DISSPO (Institut Curie) et le Ciepfc-Cirphles (ENS)

3 séances

A l’Ecole Normale Supérieure (Salle Pasteur)

Mercredi 18 décembre 2014 à 14h30

Mardi 11 mars 2014 à 17 h

Jeudi 10 avril à 18 h

Avec la participation de

Laure Copel (DISSPO Institut Curie)

Sylvie Dolbeault, (DISSPO Institut Curie)

Et les membres du SIES : Lazare Benaroyo (ETHOS Université de Lausanne); Céline Lefève (Centre G. Canguilhem Paris 7) ; Claire Marin (Ciepfc-Cirphles ENS) ; Jean-Christophe Mino (CNDR Soin Palliatif - DISSPO Institut Curie ; Frédéric Worms (Ciepfc-Cirphles ENS) ; Nathalie Zaccaï Reyners (Institut de Sociologie ULB)

Ce séminaire sera consacré aux pratiques des soins de support en cancérologie, leur enjeu pratique et clinique, leur conceptualisation et leur portée éthique générale. ll résulte d’un constat, celui de l’émergence de ce nouveau champ de pratique et de recherche qu’il importe de connaitre et de comprendre d’un point de vue épistémologique, éthique et empirique. Les soins de support regroupent toutes les actions médicales, soignantes et psychosociales destinées à améliorer la vie des personnes dans les dimensions physique, psychique et sociale hors traitements dits “spécifiques” de la maladie (en cancérologie la chimiothérapie, la radiothérapie ou la chirurgie). Rassemblant des professionnels, des chercheurs et des spécialistes de sciences humaines et sociales, ce séminaire souhaite confronter des regards et des approches différentes sur ce domaine de la médecine. Il sera l’occasion de mieux connaitre ce que sont les soins de support à partir de l’expérience du département de soins de support de l’Institut Curie (DISSPO), la façon dont ils se développent actuellement en cancérologie, les questions que se posent à leur propos leurs praticiens mais aussi les spécialistes de sciences humaines et sociales. Une place importante sera laissée au débat.

Séminaire sur inscription uniquement.

Contact : ariane.brehier@univ-paris-diderot.fr

***

Journée d’étude internationale

Penser le soin Politiques publiques et citoyenneté

21 mars 2014 Université Libre de Bruxelles


Sous l’égide des : Séminaire de recherche doctoral « Penser le soin » (EDTSS et ESP) et Séminaire International d’Étude sur le Soin (SIES)


SALLE HENRI JANNE – INSTITUT DE SOCIOLOGIE – 15EME NIVEAU


9h30 Introduction

10h00-10h40 : Jeannette POLS (AMC - Medische Ethiek, Universiteit van Amsterdam) : « Social spaces. Relational citizenship for clients of long term mental health care »

10h40-11h10 Discussion

11h20-12h00 : Naïma HAMROUNI (Institut Simone de Beauvoir, Université Concordia, Montréal) : «Au-delà du mythe de l’indépendance: genre, domination et vulnérabilité ordinaire »

12h00–12h30 Discussion


SALLE ROKKAN – INSTITUT DE SOCIOLOGIE – 12EME NIVEAU (S12.227)

14h00– 17h00 : Autour de Selma SEVENHUIJSEN Natalie RIGAUX (UNamur) : « La réunion d’équipe professionnelle au prisme de ses enjeux politiques et moraux »

Table ronde introduite par Florence DEGAVRE (CIRTES, UCL).

Avec la participation de Lazare Benaroyo (Ethos, UNIL), Fabrizio Cantelli (LUSS et GRAP, ULB), Ariane d’Hoop (CLARA, ULB), Céline Lefève (Centre Georges Canguilhem, Paris 7), Claire Marin (CIEPFC, ENS), Jean-Christophe Mino (CNDRSP, Paris), François Romijn (GRAP, ULB), Frédéric Worms (CIEPFC, ENS), Nathalie Zaccaï-Reyners (GRAP, ULB)


Avec le soutien de la Wallonie

Coordination : Florence Degavre, Natalie Rigaux et Nathalie Zaccaï-Reyners

Renseignements et inscription : Stéphanie Cols (scols@ulb.ac.be) – 02 650 34 07 http://grap.ulb.ac.be/


Pages

CENTRE GEORGES CANGUILHEM

UNIVERSITE PARIS DIDEROT PARIS 7

INSTITUT DES HUMANITES DE PARIS

Directeur honoraire : Dominique LECOURT

Directrice : Céline LEFEVE

Assistante de direction : Ariane BREHIER

Case courrier 7041

Université Paris-Diderot

5, rue Thomas Mann

75205 - Paris cedex 13

Téléphone : 01 57 27 65 12

Contact : centre_georges_canguilhem@univ-paris-diderot.fr