CENTRE GEORGES CANGUILHEM

Histoire et philosophie des sciences du vivant et de la médecine

keep2porn

ACTUALITES DU CENTRE 2016

Parution du recueil de textes commentés Le Soin. Approches contemporaines, dir. C. Lefève, J. -C. Mino, N. Zaccaï-Reyners, dans la collection “Questions de soin” aux Presses universitaires de France. Ce nouveau recueil vient compléter Les Classiques du soin, parus l’an dernier.

Il comporte des textes de P. Autréaux, C. Bernard, Evidence-Based Medicine Working Group, F. Davoine, F. Fanon, E. Feder Kittay, S. Freud, K. Goldstein, M. Henry, I. Illich, D. Leader, J. Livingston, J.-L. Nancy, F. Nietzsche, E. Minkowski, J. Oury, M. Rapin, A. Sayad, J. Shay, J. Tronto.
Commentés par F. Ansermet, L. Benaroyo, P. Bizouarn, N. Eggert, E. Fournier, G. Lachenal, C. Lefève, Cl. Marin, N. Marquis, J.- C. Mino, S. Musso, P. Molinier, V.-K. Nguyen, P. Paperman, C. Vollaire, F. Worms, N. Zaccaï-Reyners.

Vous en trouverez ci-dessous la présentation et la table des matières.

Cordialement,
C. Lefève, J. -C. Mino & N. Zaccaï-Reyners


Depuis Claude Bernard jusqu’à la médecine fondée sur les preuves, quelle place la médecine scientifique fait-elle à la clinique et au soin du patient individuel ? De Freud à la prise en charge des vétérans souffrant de stress post-traumatique, en quoi le soin psychique permet-il de mieux comprendre la vie quotidienne avec la maladie et de questionner les critères du « bon soin » bien au-delà de la santé mentale ? De la compassion critiquée par Nietszche à la reconnaissance de la vulnérabilité et de l’interdépendance des sujets promue par les éthiques du care, quelles sont les valeurs fon­datrices du soin ? En quoi les savoirs médicaux, les relations sociales et les choix économiques les mettent-ils à l’épreuve, au point de faire parfois basculer le soin en son envers fait de domination et d’exclusion ?
De Franz Fanon à Joan Tronto, les approches contemporaines du soin offertes ici ancrent le questionnement éthique dans les analyses anthropologiques et politiques dont il a résolument besoin.

Introduction


Première partie. Soin, médecine et science
Michel Henry. Le corps vivant, par Jean-Christophe Mino
Claude Bernard. La clinique : vestibule de la médecine scientifique ?, par Céline Lefève
Kurt Goldstein. La médecine en dialogue avec la vie : l’approche de l’anthropologie clinique des années 1930, par Lazare Benaroyo
Maurice Rapin. Deux scènes fondatrices oubliées de la biomédecine, par Jean-Christophe Mino
Evidence Based Medicine Working Group. EBM, un nouveau paradigme ?, par Philippe Bizouarn
Jean-Luc Nancy. Quel étrange moi !, par Claire Marin


Deuxième partie. Soin et folie
Sigmund Freud. Impasses de la furor sanandi, par François Ansermet
Eugène Minkowski. Vision directe de la vie. Au-delà des doctrines, par Frédéric Worms
Jean Oury. Alors, la vie quotidienne ?, par Pascale Molinier
Darian Leader. Being mad, going mad, par Nicolas Marquis
Françoise Davoine, Jonathan Shay, Patrick Autéaux. Littérature et therapôn. Achille, Don Quichotte et les troubles de stress post-traumatiques, par Nathalie Zaccaï-Reyners


Troisième partie. Sociétés, politiques et valeurs du soin
Friedrich Nietzsche. Savoir se garder de compatir, par Emmanuel Fournier
Frantz Fanon. La médecine coloniale et le « syndrôme nord-africain », par Vinh-Kim Nguyen
Ivan Illich. La médicalisation de la vie, par Christiane Vollaire
Abdelmaleck Sayad. Les corps de l’« immigré », par Sandrine Musso
Julie Livingston. Partager le soin, contourner le patient : pronostic et cancer dans un hôpital africain, par Guillaume Lachenal
Joan Tronto. Le care, une exigence politique, par Nadja Eggert
Eva Feder Kittay. Une éthique de la vie, par Patricia Paperman

“annonce de publication: C-O Doron “L’homme altéré: races et dégénérescence (XVIIe-XIXe siècles)”

Cet ouvrage propose une histoire croisée des notions de “race” et de “dégénérescence”, entre le XVIIe et le milieu du XIXe siècles. Il s’appuie sur une grande variété de sources, issues de champs discursifs et pratiques divers, qui vont des textes théologiques, nobiliaires ou missionnaires des XVIe-XVIIe siècles à l’histoire naturelle, la médecine et l’anthropologie des XVIIIe-XIXe siècles, en passant par les pratiques d’élevage des animaux. En contraste avec certains travaux historiographiques, il choisit de mettre l’accent, moins sur l’absolutisation des différences ou l’affirmation d’une altérité radicale, que sur l’analyse des différences comme des altérations d’une identité humaine, pensées soit comme des déviations d’une identité d’origine, soit comme des retards dans le développement d’une humanité à réaliser, et s’intéresse aux effets spécifiques de pouvoir et aux formes de savoirs propres à cette analyse. Il se situe, pour ce faire, à la croisée d’une histoire épistémologique des concepts et d’une histoire des pratiques de gouvernement.

Dernière parution : Les Classiques du soin

Sous la direction de Céline Lefève, Lazare Benaroyo et Frédéric Worms

Collection “Questions de soin”- Presses Universitaires de France

Ce recueil de grands textes de médecine, de littérature, de philosophie et de sciences sociales révèle combien l’expérience de la maladie et du soin, qui était déjà au cœur de la pensée la plus classique, est désormais classique pour la pensée la plus contemporaine.

Il offre une vue panoramique des questions relatives au soin, saisies dans dans leur intemporalité et dans leur actualité. Sujets vulnérables, de quoi avons-nous le plus besoin ? Comment vivons-nous et agissons-nous avec la maladie ? Quels sens lui donnons-nous ? Peut-on être médecin de soi-même ? Quels affects les relations de soin mobilisent-elles ? Quelles vertus morales et quelles institutions sociales requièrent-elles ? La médecine parvient-elle à articuler art de soigner et science de la vie ? En quoi le soin ébranle-t-il nos conceptions de la justice et du politique ?

Ce volume met ainsi au jour les tensions profondes du soin : geste technique et relation éthique ; souci de soi et présence à l’autre ; quête de sens et travail ; solidarité et risque d’exclusion ; raison d’être ou point aveugle de la médecine.

Chaque texte est accompagné d’un commentaire bref et clair qui s’adresse tant aux étudiants de philosophie qu’aux étudiants de médecine et aux futurs professionnels de santé (notamment aux étudiants de Première Année Commune des Etudes de Santé).

Au delà, cet ouvrage orientera dans la pensée ceux qui s’intéressent aux dimensions épistémologiques, éthiques et sociales du soin.

Sommaire


Introduction : Des classiques du soin


Première partie : Le soin chez les classiques

Hippocrate. Le médecin face à la maladie, 
par Denise Vincenti

Aristote. Care et politique,
 par Joan Tronto

Pierre Hadot. Soin de soi, médecine
 et philosophie, 
par Frédéric Worms

Montaigne. Médecin de soi-même, 
par Claire Marin

John Locke. Limites de l’anatomie
 et art médical,
 par Claire Crignon

Léon Tolstoï, Jacques Lusseyran, 
Siri Hustvedt. Être là,
 par Jean Claude Ameisen


Deuxième partie : Les réflexions fondatrices

Michael Balint. La fonction apostolique 
du médecin,
 par Jean-Christophe Mino

Georges Canguilhem. Se projeter en 
situation de malade, 
par Céline Lefève

Emmanuel Levinas. La vocation médicale 
de l’homme, 
par Lazare Benaroyo

Paul Ricœur. Le triptyque de la relation médicale,
 par Didier Sicard

Hans Jonas. Respect de la personne et besoins 
des malades (le cas de la mort cérébrale), 
par Valérie Gateau

Fritz Zorn. De la maladie au soin de soi, 
par Jean-Marc Mouillie


Troisième partie : Classiques d’aujourd’hui

Michel Foucault. Les deux sens de la clinique, par Frédéric Worms

Erving Goffman. Ce que l’institution fait
 aux personnes, par Nathalie Zaccaï-Reyners

Anselm Strauss. La trajectoire de maladie, par Jean-Christophe Mino

Oliver Sacks. Voir le malade tel qu’il est, par Claire Marin

Annemarie Mol. S’abandonner activement, par Céline Lefève

Susan Sontag. Au soin de l’insensé, par Philippe Forest

————————–

Le Centre Georges Canguilhem (composante de l’Institut des Humanités de Paris) est co-porteur du Programme interdisciplinaire USPC La Personne en médecine.

Céline Lefève, directrice du Centre Georges Canguilhem, pilote le Programme interdisciplinaire USPC La Personne en médecine.

Vous retrouverez l’ensemble des recherches et actualités du Programme La Personne en médecine sur le site : www.lapersonneenmedecine.uspc.fr

Pour plus d’informations sur le Programme La Personne en médecine, vous pouvez contacter : jean-baptiste.milon@univ-paris-diderot.fr

***

Le Centre Georges Canguilhem est porteur de l’Espace de recherche et d’information sur la greffe hépatique de l’hôpital Beaujon, co-financé par le Programme interdisciplinaire USPC La Personne en médecine et par le Programme Emergence de la Ville de Paris.

Dans ce cadre, il organise des cafés Ethique ouverts à tous les professionnels de santé de l’Hôpital Beaujon.

Pour plus d’informations sur ces cafés Ethique, vous pouvez contacter : ariane.brehier@univ-paris-diderot.fr  ou vgateau@yahoo.fr


Séminaire 2015 : Penser la diversité humaine : histoire, sciences et philosophie

Organisation : Claude-Olivier Doron (maître de conférences, Univ. Paris Diderot) et Justin Smith (professeur, Univ. Paris Diderot)

Département LOPHISS-SPH-SPHERE/Institut des Humanités de Paris/Centre Canguilhem

Le séminaire aura lieu les mardis, de 17h à 20h, du 3 mars au 2 juin 2015, en salle 888C, 8e étage, bâtiment C des Grands Moulins, campus Paris Diderot, 5, rue Thomas Mann. Plan.

Argumentaire

La question de la « diversité humaine » sous toutes ses formes (culturelles, ethniques, biologiques etc.) se trouve, pour le meilleur comme pour le pire, au cœur de l’actualité ; que ce soit pour être célébrée, comme une valeur et comme une chance dans un monde mondialisé et métissé ; ou pour être dénoncée, suscitant crispations, tensions et replis identitaires. L’objectif de ce séminaire est de l’aborder tout autrement et avec pleine conscience des limites que nous nous imposerons. Il s’agira de se concentrer ici sur les savoirs, les concepts et les techniques qui, au long de l’histoire et jusqu’à aujourd’hui, ont été élaborés pour penser et caractériser cette diversité dans ses dimensions « physiques », « naturelles » ou « biologiques », inscrites dans les corps et dans les processus vitaux. On s’efforcera d’aborder cette question, au cours des diverses séances, à travers une multiplicité de points de vue : historique, philosophique mais aussi du point de vue de l’anthropologie et de la sociologie des sciences. Il s’agira surtout d’étudier, sur le long terme et jusqu’à l’actualité la plus immédiate, l’histoire des concepts (« variétés », « races », « clines », « polymorphismes » etc.) et des disciplines (de l’anthropologie physique à la génétique des populations) qui ont été mobilisés pour décrire et penser le problème de la « diversité humaine » sous un angle naturaliste.

Ce thème général sera décliné chaque année en sous-thèmes plus déterminés. Pour l’année 2014-2015, nous conserverons cependant une dimension introductive volontairement plus large. Le séminaire sera composé de 7 séances dont la majorité réunira deux intervenants et durera trois heures.

Séances et intervenants

3 mars 2015 : Penser la diversité humaine : quelques enjeux conceptuels

- Justin Smith (Université Paris Diderot/SPHERE) : “Espèces, races et ‘natural kinds’: pourquoi la race ne peut pas être intégrée dans le système de logique millien ? “

-Claude-Olivier Doron (Université Paris Diderot/SPHERE-Centre Canguilhem) : « « L’homme contraire et dissemblable à soi-même ». Le modèle de l’altération comme grille d’analyse des savoirs sur la diversité humaine »

10 Mars 2015 : Pensée scolastique et diversité humaine

- Maaike Van der Lugt (Université Paris Diderot/ ICT): “Unicité du genre humain et le statut des naissances monstrueuses dans la pensée scolastique (XII-XIVe siècles) »

-Jean-Claude Laborie (Université Paris Ouest-Nanterre) : « De l’école de Salamanque à José d’Acosta, monogénisme et colonisation, l’histoire d’un compromis »

31 mars 2015

-Nélia Dias (Université de Lisbonne) : “La préservation de la biodiversité comme valeur”

12 mai 2015: Le savoir biologique sur la diversité humaine au XXe siècle

- Veronika Lipphardt (Max Planck Institute for the History of Science) : -“Population genetics and the knowledge on human variations in the XXth century” (à confirmer)

- Claude-Olivier Doron: « Le concept de “race” et son évolution dans l’hémotypologie et l’hématologie géographique française: Ruffié et Bernard »

19 mai 2015 : Le problème de la diversité humaine au XVIIIe siècle: histoire naturelle de l’homme et politique

- Staffan Müller-Wille (University of Exeter/ Max Planck Institute for the History of Science) : “Human Diversity in the Eighteenth Century: What Exactly Changed and Why?”

- Silvia Sebastiani (CRH-EHESS) : « La Grande-Bretagne, le singe et l’homme. Débats autour de l’esclavage dans les années 1770 »

26 mai 2015

-Carole Reynaud-Paligot  (NYU Paris/CRHXIX): « L’anthropologie physique et le problème de la diversité des races humaines à la fin du XIXe siècle »

2 juin 2015. Actualité et enjeux des savoirs sur les polymorphismes génétiques

- Amade M’Charek (Universiteit van Amsterdam) : “Race and the Return of the Phenotype: The case of forensics”

- Marianne Sommer (Universität Luzern): “Building population-specific trees: From blood-group to genome-wide analysis of modern human phylogeny

——————–

Après-midi de lancement

Programme interdisciplinaire USPC « La Personne en médecine »

Mercredi 4 février 2015

15 h - 20 h 30

Salle du Musée des moulages - Hôpital Saint Louis

1 Avenue Claude Vellefaux, 75010 Paris

Art au carrefour de plusieurs sciences, inscrite dans l’histoire et la société, la médecine requiert des recherches pluri- et inter-disciplinaires. Une alliance médecine/humanités, complémentaire de celle entre médecine et sciences, est rendue indispensable du fait de l’évolution des savoirs, idéalement fondés sur l’épidémiologie et la médecine des preuves ; des demandes politiques, des logiques économiques et des besoins sociaux ; et enfin de l’évolution des expériences de la maladie et du soin liées à la prévention, à la médecine génétique, à l’essor des maladies chroniques et des maladies liées au vieillissement. Pour saisir les logiques, les normes et les relations qui la traversent, la médecine a donc besoin de collaborer avec l’histoire, les sciences sociales, la philosophie, l’éthique, le droit, les arts et la psychanalyse.

Dans cette perspective, notre programme soutient des recherches sur les figures contemporaines de la personne en médecine. Il étudie la subjectivation des malades et de leur entourage, c’est-à-dire les manières dont ces personnes font l’expérience de la maladie et de la médecine, constituent des acteurs psychiques, sociaux, éthiques et politiques. Il étudie, symétriquement, les manières dont les professionnels de santé se forment, travaillent, décident ensemble et, eux aussi, produisent des subjectivités nouvelles, transformant les normes sociales et médicales.

15 h : Ouverture : J. - Y Mérindol, Président d’USPC

B. Schlemmer, Doyen de la faculté de médecine Paris Diderot

J. C. Ameisen, directeur du Centre d’Etudes du Vivant, président du CCNE : « Arts et humanités dans la formation médicale : pourquoi faire ? »

15 h 30 : Présentation du Programme : F. Villa, psychanalyste, UFR Etudes psychanalytiques/CRPMS-Paris Diderot, et C. Lefève, philosophe, Centre Georges Canguilhem/SPHERE, Paris Diderot, co-responsables du Programme

Présentation des axes de recherche :

15 h 45 : Axe 1 : Les modes de subjectivation des patients et de leur entourage : « la maladie à vie » : S. Fainzang, anthropologue, Cermes3-Paris Descartes

15 h 55 : Axe 2 : Les transformations de la clinique et les nouveaux paradigmes du soin : B. Pachoud, psychiatre, UFR Etudes psychanalytiques/CRPMS-Paris Diderot

16 h 05 : Axe 3 : H

Pages

CENTRE GEORGES CANGUILHEM

UNIVERSITE PARIS DIDEROT PARIS 7

INSTITUT DES HUMANITES DE PARIS

Directeur honoraire : Dominique LECOURT

Directrice : Céline LEFEVE

Assistante de direction : Ariane BREHIER

Case courrier 7041

Université Paris-Diderot

5, rue Thomas Mann

75205 - Paris cedex 13

Téléphone : 01 57 27 65 12

Contact : centre_georges_canguilhem@univ-paris-diderot.fr